Theodorakis - Chronologie (IV)

Macronissos - Crète 1949-1953

 par Guy Wagner et Asteris Koutoulas

 Basé sur Ole Wahl Olsen

 Structure et illustrations: Guy Wagner


 

1949

 

Hiver Mikis Theodorakis est prisonnier à Macronissos dans le camp D, avec les
« Irréductibles », dans la tente E5, « au-dessus de toutes les autres, à gauche à l’extérieur, à la fin de la troisième section. »

Janvier-février  Assassinat de près de 5.000 détenus à Makronissos. Ils sont rassemblés dans une gorge menant à la mer pour la rééducation : On ouvre le feu sur eux. Les survivants sont exhortés à signer une déclaration de repentir, dite de civisme et l’allégation. Cette formalité est requise pour être incorporé dans l’Armée. On continue jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que 35 survivants, dont 15 seront exécutés plus tard.

25.03. L'anniversaire de la commémoration de la guerre d'indépendance de la Grèce contre la Turquie, la reine Frideriki (ancienne membre des Jeunesses Hitlériennes) visites Makronissos.

26.03. Le lendemain de cette visite, Theodorakis, pendant des heures, doit endurer d’affreuses tortures. Il est battu, brutalisé ; un soldat piétine sa poitrine jusqu’à ce qu’il perde conscience. Comme il vit encore, le soir, un tortionnaire notoire, Loris, lui casse dans un accès de fureur la jambe droite.

Les tortures se prolongeront pendant trois semaines. Un prisonnier le sauve : « Vous commettez un crime. Sa tête est pleine de musique. » Theodorakis est transféré à Athènes à l’hôpital militaire 401. A son arrivée, son père ne le reconnaît pas.

 

Military HospitalTheodorakis à l’hôpital militaire 401

 Avril-mai Theodorakis est à l’hôpital : « Trois côtes brisées, le genou droit désarticulé, l’œil droit hémorragique, et le plus important, la moitié du poumon détruit. » (M.T.). Pourtant, il est encore battu, parce qu’il s’est plaint lors d’une visite du maréchal Papagos.

 Fin mai  Theodorakis est condamné à retourner à Macronissos.

Juillet-août Theodorakis, de nouveau à Macronissos, souffre de crampes et d’évanouissements. Un soir, il est enterré vivant et sauvé seulement par hasard par une patrouille qui passe.

 

MakronissosTheodorakis de retour à Macronissos: un homme meurtri!

Il subit de nouvelles tortures. On l’abandonne comme mourant. Un soldat le traîne dans une grotte, le soigne et parvient à prévenir son père.

 Yorgos Theodorakis réussit à faire transférer Mikis sur la terre ferme.

 Mikis obtient sa libération provisoire comme invalide. Il séjourne pour la première fois en Crète.

Même là, il doit subir la torture de la « falanga » par les gendarmes de Chania. Sa mère fait une dépression nerveuse.


15.10. Fin officielle de la guerre civile.

 

1950

 

Printemps Theodorakis réussit l’examen final au Conservatoire d’Athènes « cum laude ».

05.05. Création de sa « Fête d’Assi-Gonia » au Conservatoire d’Athènes.

Eté  Theodorakis doit faire son service militaire à Alexandropoulis à la frontière turque.

 

AlexandropoulisTheodorakis comme solt à Alexandropoulis

Theodorakis, désespéré par les éternelles brimades et pour être libéré, fait une tentative de suicide, en absorbant de la poudre. Il tombe dans le coma et se réveille seulement à l’hôpital militaire 423 à Thessalonique. Il y est transféré dans la section des malades mentaux. Son père lui vient encore en aide.

 

1951

 

Mikis et Myrto en 1951

 Mikis est transféré à Athènes et de là en Crète.

 Août Création du Parti de l’Union de la Gauche, EDA.

 

1952

 

01.01. Une nouvelle constitution entre en vigueur.

30.03. Execution du patriote Nikos Beloyannis, l'« Homme à l'Oeillet ».

 Eté Theodorakis quitte l’armée.

 Jusqu’en 1960, il souffrira de la « Fièvre de Makronissos », qui est accompagnée de symptômes de paralysée et le cloue des journées entières au lit.

 Il vit dans la pauvreté en Crète et à Athènes. Pour gagner un peu d’argent, il écrit des articles pour « Avghi » dans lesquels il critique la pratique de la musique en Grèce. Il collabore avec le « Elliniko Chorodrama » et compose la musique pour les ballets Orphée et Eurydice et Carnaval Grec.

 


 

© Guy Wagner & Asteris Koutoulas. La reproduction n'est autorisée que sur demande et un lien vers ce site est obligatoire.